LE KARMA (exemples de cas)(Jeanne et Charles) (article 5)

Cas de Jeanne :

Il s’agit ici d’une jeune femme, disons malchanceuse, à qui il arrive souvent des situations désagréables. Elle a une tendance à avoir des accidents. Nous avons interrogé le guide pour en savoir plus long. Voici :

Puisque cette jeune dame a su se créer un certain Karma, elle est la seule qui puisse le modifier. Il est appelé à se manifester, car le moment est venu de l’équilibre. C’est une loi en mouvement, et si ça lui semble injuste, elle peut le modifier par ses pensées, ses sentiments et actions actuels. On lui a maintes fois suggéré de faire un retour en arrière, mais la lutte n’étant qu’à peine commencée, elle était abandonnée. Au risque de souffrir, elle doit pénétrer à l’intérieur d’elle-même et découvrir les blocages émotionnels et les résistances qu’il lui faudra surmonter pour être vraiment prête à se pardonner et se gracier.

Il faut dire que cet événement est prédestiné, mais n’est pas dans l’ordre du temps. Avant sa naissance, elle a décidé de façon irrévocable d’affronter ce défi. Sa réaction lorsque ce défi se présentera dépendra de son libre arbitre. Son destin est son libre arbitre qui se manifeste dans le présent et lui offre la possibilité d’honorer ou non l’engagement pris avant sa naissance. L’innocuité est une notion qu’elle doit travailler, car le mépris et les jugements portés sur autrui (même inavoués) sont très graves et de ce fait provoquent, un enchaînement d’événements très malheureux.

L’échéance a été retardée depuis plusieurs vies déjà, mais avec l’évolution spirituelle qu’elle poursuit en celle-ci, la gravité en a été grandement atténuée.

Par cet exemple, il est clairement démontré que le karma est quelque chose de surmontable et évitable. Cela démontre également que lorsqu’on modifie la qualité d’une vibration en soi, on s’éloigne par le fait même des vibrations qui lui sont similaires. C’est pourquoi, il est de plus en plus démontré qu’une personne « négative » attire à elle le négatif et que le principe contraire est également vrai.

Dans cet exemple, il faut retenir que ce ne sont pas les accidents qui sont prédestinés, car ils sont simplement des effets du manque d’innocuité qui l’habite.

Cas de Charles :

Depuis qu’il est au monde, Charles est un enfant malade. La médecine traditionnelle ou alternative ne peut faire grand-chose pour lui. Aussitôt qu’il remonte d’une maladie, une autre prend place. Voici l’évaluation de ce cas :

Cet enfant donne sous une portée fragmentée : cela signifie qu’il sépare sa raison de vivre de sa vie émotive et la séparation est brutale. Période difficile jusqu’à l’âge de trois ans. Dans son cas, toute la polarité est axée sur la survie physique. Cependant, l’assimilation et l’échange chimique à ce niveau donneront des signes d’abandon chronique. Toute tentative à ce niveau est nécessaire en vue de la purification des fonctions.

L’enfant ne lutte pas : il a peu de raison de lutter. Il aura à décider, mais le soutien est nécessaire, car les champs de consciences inférieures (chakras) doivent reconstruire un à un ses relais énergétiques. La médecine terrestre est peu puissante, car elle ne touche pas l’essentiel.

L’essentiel est au niveau de l’assimilation, à tous points de vue. Assimilation de la nourriture : réactiver les trois champs de conscience inférieurs en concordance. Commencez au plexus et poussez l’énergie vers les deux autres à trois reprises consécutives. L’assimilation au niveau de la rate qui ne diffuse pas l’énergie. L’assimilation du choix de vie. L’âme ne prononce pas son adhésion à la vie terrestre.

Qu’est-ce qui l’empêche d’adhérer ?

L’enfant n’a pas reconnu son choix. Il a peur de vivre et il ne possède pas son corps. Il n’a pas décidé de rester sur l’entité-terre. Le choc est fort.

Dans le cas de Charles, le problème se situe d’abord dans le processus de restitution et d’élimination (processus qui s’exécute entre deux incarnations), alors que l’entité est appelée à faire le bilan de son état évolutif. Il est fort possible qu’un grand mirage l’ait empêché de se voir tel qu’il est et que cette perception de lui-même dans sa nouvelle incarnation soit revenue en force dans le processus de descente sur le plan physique. C’est pourquoi l’on peut dire que Charles refuse d’adhérer, refuse le plan physique, parce qu’il croit probablement que l’expérience terrestre qu’il a choisie, ne lui appartient tout simplement pas.

Pascal St-Denis

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s