De la santé à la maladie, point de tension, point de rupture. (article 3)

Après avoir pris connaissance de certaines règles ésotériques (article 1) et porter une attention particulière sur la circulation des énergies subtiles et denses (article 2), nous sommes en mesure d’approfondir le sujet.

Tous les organes subsidiaires de l’homme sont des effets de la qualité des énergies qui les pénètrent. Aucune n’est une cause déterminante de la maladie. Celles qui le sont, celles qui font de l’être humain ce qu’il est, ce sont ses glandes. Elles sont les extériorisations des types de forces provenant des mondes d’existence plus subtils, et qui affluent par les centres éthériques. Ces forces dénotent le point d’évolution atteint par l’homme et indiquent l’état des énergies qui les composent. Leur vitalité dépend de l’état des chakras. Elles manifestent une activité suffisante, excessive, ou insuffisante selon la condition des tourbillons éthériques qui les traversent.

Abordons maintenant le concept de point de tension, point de rupture. La tension provient des champs de conscience (chakras) qui cherchent à se manifester par l’intermédiaire du véhicule physique. La tension est toujours sourde, en ce sens qu’elle n’est ressentie qu’au moment où elle imprègne le véhicule de l’âme. Je mentionne « véhicule de l’âme », car cela implique davantage que le corps physique ; les corps astral et mental sont les premières enveloppes à composer avec cette pression et à en ressentir les effets. Il faut retenir le fait qu’il existe des tourbillons d’énergie correspondant aux chakras dans chacun des corps astral et mental.

La tension c’est un aspect de la conscience de l’être qui cherche, coute que coute, à s’extérioriser, car l’âme a besoin de se manifester et de vivre des expériences pour évoluer. Alors lorsque la conscience n’obtient pas la réponse souhaitée elle répète son offre sans jamais s’arrêter. Lorsque l’âme trouve une réponse juste à son offre, on peut dire qu’il n’y a pas de tension qui s’installe, mais lorsque la réponse est déficiente ou exagérée, l’énergie exerce une pression sur le véhicule.

Cette subtile pression martèle, si on peut le dire ainsi, le véhicule de l’individu et s’accumule dans les enveloppes et corps qui composent la personnalité d’un individu. C’est à cette étape que la qualité des enveloppes énergétiques et du corps de chair prend toute son importance, car là où il y a faiblesse (par hérédité ou style de vie) la pression risque de se transformer en rupture : maladie mentale, maladie nerveuse, stress, surmenage, dépression, maladie qui affectent le corps de chair, etc.. La rupture est une matérialisation d’une tension qui s’implante et qui ne trouve pas d’exutoire.

Par exemple, nous avons tous besoin de sommeil pour récupérer l’énergie dépensée durant la journée et faire le vide des tensions du quotidien. Imaginer que la qualité de votre sommeil ne réussit pas à éliminer toutes les tensions. De jour en jour, une tension se forme et s’accumule lentement au gré des jours qui passent. Puis arrive un jour où le corps ne peut plus tolérer cette tension accumulée ; c’est la rupture sous ses multiples formes de manifestations.

À suivre. Lorsque le système nerveux perd le contrôle des énergies psychiques.

Pascal St-Denis

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s