Un regard sur l’instinct (la suite)

Il est intéressant d’établir un parallèle entre les principaux instincts et les peurs qui contribuent à les développer. Vous savez que les psychologues indiquent cinq instincts dominants. Il y a :

L’instinct de conservation qui prend racine dans la peur innée de la mort.

L’instinct sexuel qui se construit autour de la peur de l’isolement et de la séparation.

L’instinct grégaire ou de troupeau a une origine semblable basée sur le besoin de sécurité.

L’instinct d’auto-affirmation se nourrit de la peur de ne pas être reconnu pour ce que nous sommes.

L’instinct de recherche qui naît de la peur de l’inconnu et du sentiment d’être limité.

L’instinct de conservation qui a ses racines dans la peur innée de la mort a poussé l’humanité jusqu’au point actuel de résistance et de longévité. Les sciences qui s’occupent de la conservation de la vie, les connaissances au point de vue médical actuel et les progrès quant au confort de la vie civilisée proviennent de cette peur originelle. Tout tend à conserver, à l’individu, sa condition d’existence. La persistance de l’humanité, comme race et comme règne de la nature, est due à la peur de mourir et à la réaction instinctive à l’égard de la perpétuité de la race humaine.

L’instinct sexuel qui se traduit comme une révolte face au sentiment d’isolement a comme résultat la perpétuité de la race humaine, sa persistance et la reproduction de formes par lesquelles elle parvient à la manifestation.

L’instinct grégaire nourri par le besoin de sécurité a toujours poussé les hommes les uns vers les autres dans le but de se défendre et assurer une certaine stabilité économique. Notre civilisation moderne est le résultat de cette réaction instinctive. De vastes centres urbains sont apparus où se pressent les masses, image du troupeau moderne poussé à sa dernière extrémité.

L’instinct d’auto-affirmation a produit un fort courant d’égoïsme dans la famille humaine. L’intense individualisme et le sens de notre propre importance ont conduit l’humanité à beaucoup de problèmes nationaux et économiques actuels. Nous avons encouragé le sentiment d’indépendance, d’auto-affirmation, les intérêts égoïstes à un point tel que nous avons créé un problème quasi insurmontable. Pourtant, beaucoup de bien résulte de tout cela et il en résultera encore. Il faut comprendre qu’aucun individu n’a de valeur tant qu’il n’en est pas conscient et qu’il n’a pas sacrifié les capacités acquises au bien de la collectivité.

L’instinct de recherche a provoqué des siècles de recherches et de découvertes qui forment notre patrimoine scientifique et culturel.

Ces instincts qui ont la peur comme stimuli nous ont amenés au point présent de connaissance et d’utilité. Elles ont produit notre civilisation moderne avec tous ses défauts et pourtant avec le signe de sa divinité. De ces instincts, par le processus de sublimation et de transmutation en des correspondances supérieures, émergera la pleine floraison de l’âme.

Je désire ajouter les indications suivantes :

L’instinct de conservation trouvera sa consommation alors qu’on arrive à l’assurance de l’immortalité ; pour y parvenir, le travail entrepris par les spiritualistes et les chercheurs dans le domaine psychique, à travers les siècles, est la meilleure méthode et la meilleure garantie.

L’instinct sexuel trouve son achèvement logique dans la relation consciente entre l’âme et le corps. C’est la note fondamentale du mysticisme et de la religion qui sont, comme toujours, l’expression de la Loi d’Attraction. Le mariage sur le plan physique se consomme dans le mariage dans les cieux conclu en toute conscience entre l’âme positive et la forme négative réceptive (la personnalité).

L’instinct grégaire trouve sa consommation divine dans l’éveil de la conscience de groupe qui se manifeste, aujourd’hui, par la tendance générale vers la fusion et l’alliance qui se remarque partout. Cet instinct se remarque aujourd’hui dans la capacité de penser en matière d’internationalisme et de concepts universels.

L’instinct d’auto-affirmation a donné à notre civilisation son intense individualisme, le culte de la personnalité et le culte des ancêtres et des héros. Il conduit toutefois, à l’affirmation du vrai Soi et à l’étude de la psychologie, qui aidera à parvenir à la connaissance du Soi spirituel.

Que dire de l’instinct de recherche ? Transmué en investigation des choses divines par l’application de la lumière de l’âme à la recherche, il conduira l’homme dans le Temple de la Connaissance. Nos grands centres éducatifs deviendront des écoles pour le développement de la perception intuitive et de la conscience spirituelle.

Pascal St-Denis

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s