Le corps astral et les principales formes de peur. (article 4)

La peur est l’une des manifestations les plus courantes de l’énergie astrale. Elle vient en premier, car elle constitue une grande barrière pour une grande majorité d’aspirants. Chaque être humain connaît la peur. Que ce soit la peur instinctive fondée sur l’ignorance des lois et des forces de la nature ou la peur, que nous connaissons tous, de perdre un ami, la santé, la sécurité ou tout simplement la popularité, elle est présente partout. Son intensité varie selon qu’elle se nourrit du doute ou d’une certitude telle la peur de mourir. On pourrait allonger indéfiniment cette liste, mais il suffit d’être conscient qu’elle est présente dans toutes les facettes de notre vie.

La peur domine beaucoup de situations et jette de l’ombre sur les moments heureux de la vie. La peur réduit l’homme à un atome de vie sensible, timide et épouvanté devant l’énormité des problèmes de l’existence, conscient de son insuffisance à faire face à toutes les situations, incapable de transcender ses angoisses et ses doutes. Souvent, il est tellement dominé par la peur qu’il craint pour sa raison. La peur est l’énergie astrale dominante et l’humanité sensible y succombe facilement. En portant notre attention sur l’aspirant, voyons d’où viennent les vagues de la peur qui l’assaillent et le dominent constamment.

La peur de la mort est fondée sur :

  1. La terreur du processus de séparation finale dans l’acte même de mourir,
  2. l’horreur de l’inconnu et de l’indéfinissable,
  3. le doute de l’immortalité,
  4. la tristesse de laisser derrière soi les êtres chers ou d’être laissé derrière eux,
  5. l’attachement à la vie sur le plan physique auquel la conscience s’est d’abord identifiée,
  6. de faux enseignements sur le paradis et l’enfer : deux perspectives déplaisantes pour certains types de personnes.

Peur de l’avenir.

Cette peur tend à augmenter et elle est la cause de beaucoup de détresse dans le monde. Elle provient d’anciennes souffrances, de souvenirs affreux profondément ancrés dans le subconscient et qui remontent à la surface. Ils causent une condition d’angoisse et de peur qu’aucun raisonnement ne réussit à calmer. Il y a aussi les moyens de communication qui mettent toute personne au courant des tragédies et des souffrances qui se passent à des milliers de kilomètres. Les inégalités économiques provoquent des conditions de panique et d’angoisse et plus un individu est émotivement sensible, plus il réagit. La peur de l’avenir est donc un mélange de souvenirs instinctifs et d’imagination anticipative qui affecte pratiquement tout le monde. Soucis et anxiété sont le lot de tout homme.

Peur de la douleur physique.

Bien que beaucoup de gens ne s’en rendent pas compte, cette peur cause beaucoup d’anxiétés. Elle est le résultat de la tension causée par l’emploi de la faculté imaginative et du raisonnement sur le système nerveux. Devenu hypersensible, ce dernier est capable de provoquer des souffrances physiques aiguës. Les douleurs physiques qui sont de peu d’importance pour les types normaux ou moins sensibles deviennent insupportables pour ceux dont le système nerveux est soumis aux tendances mentionnées ci-haut.

Peur de l’échec.

Elle est commune à beaucoup de gens et dans des domaines divers. La peur d’échouer, la peur de ne pas inspirer l’amour et l’admiration des êtres chers, celle d’être sous-estimé ou encore de ne pas saisir une bonne occasion sont des aspects d’un sentiment de peur ou d’infériorité qui caractérisent la vie de beaucoup de braves gens. La cause est relative à un milieu peu compréhensif et au sentiment de ne pas avoir ce qu’il faut pour accomplir les tâches qui se présentent. Nous savons que l’énergie suit la pensée et qu’elle est colorée par la qualité de cette pensée. Il arrive souvent à l’homme de critiquer sa propre personnalité et de mettre davantage l’accent sur ses déficiences plutôt que sur ses acquis. Une attitude qui le rend encore plus inapte à la tâche. C’est un cercle vicieux qui doit être compensé par la compréhension de l’aphorisme : « Un homme est telles que sont ses pensées ». S’il fixe son attention sur ce qu’il a de plus beau en lui, tous ses choix le conduiront à l’expérience de cette pensée. La peur tient le monde sous son pouvoir et personne n’échappe à son influence.

Inspirée d’A.A.Bailey

Pascal St-Denis

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s