La vie de couple et ses pièges.

Face à son désir d’aimer et d’être aimé, l’être humain opte pour des approches qui provoquent bien souvent son lot de tensions. Habités par un désir persistant de bonheur à tout prix, ils privilégient l’harmonie de leur monde extérieur au détriment de leur paix intérieure. C’est une manière d’agir qui un jour ou l’autre finit par détruire autant l’individu que la relation.

C’est pourquoi plusieurs couples croient que l’amour demande de former une unité, de faire « un ». Pour y parvenir, ils entrent dans le jeu des concessions. Ils éliminent ce qu’ils considèrent des irritants pour ensuite s’en tenir aux exigences mises en place l’un envers l’autre. C’est un peu comme mettre de côté une partie de soi-même. Ils s’imposent cet exercice dans le but, en apparence légitime, de plaire à l’autre, de s’ajuster aux besoins de l’autre et ainsi créer une relation harmonieuse.

Il est rare que cette manière d’agir persiste longtemps. Un jour ou l’autre, chez l’un ou l’autre des conjoints, une tension intérieure se fait sentir. Ils cherchent à comprendre ce qui leur arrive. Ils se sentent coincés et malheureux sans trop en connaitre les raisons. Malgré de légitimes efforts, la rupture semble l’unique solution viable pour sortir de ce qui est devenu un cul-de-sac.

Pourtant ils ont obéi aux principes qui prévalent dans la société lorsqu’il est question de vivre en couple. Cherchant toujours une cause à leurs malaises, ils en viennent à s’accuser mutuellement. Chacun est persuadé d’avoir tant donné à l’autre afin de le rendre heureux. Ce qu’ils n’ont pas encore réalisé, c’est que pour aimer l’autre, ils ont sacrifié une partie d’eux-mêmes.

Vouloir faire l’unité de cette manière, c’est mettre l’accent sur les affinités et les similitudes de l’un et l’autre des partenaires, et ce, bien souvent au détriment de leurs complémentarités, de leurs différences. Dans ce cas, les restrictions et les concessions que les partenaires s’imposent affaiblissent le couple. En sacrifiant une partie d’eux-mêmes, c’est comme s’ils se contentaient d’être la moitié d’une personne. En privilégiant cette approche, ce qui les différencie brise la vision qu’ils se font de l’unité. Il est donc normal qu’ils cherchent à éliminer leur différence (goût, valeurs, principes, but personnel, etc..). Par contre, lorsqu’on met l’accent sur les complémentarités, il en va tout autrement. Au lieu d’essayer d’être « UN », l’expérience prend une autre dimension. Chacun des partenaires demeure lui-même tout en utilisant les acquis et les forces de l’autre pour se réaliser. Au lieu d’avoir l’impression d’être deux demi-personnes en recherche d’unité, ils ont l’impression de doubler leur force.

Le résultat recherché lors d’une expérience de partage est trop souvent compromis par les conditions à remplir, les compromis à faire, les attentes à satisfaire ; tout cela sous l’égide de l’amour. En agissant de cette manière, les facteurs émotionnels des champs de conscience inférieurs confirment leur emprise sur le champ du cœur et maintiennent l’expérience de partage à un haut degré émotionnel. Ils sont initiateurs des facteurs qui favorisent le développement de nos culpabilités, de nos fausses responsabilités, et des nombreuses angoisses qui nous incommode. L’insécurité, la possession et le désir inné de trouver satisfaction dans tout ce que nous entreprenons sont autant de facteurs qui imprègnent nos expériences de partage et qui, lors du déplacement de la conscience vers le champ du cœur, nous obligent à placer le « Je » en arrière-plan pour s’adapter aux besoins de ou des autres.

L’amour de soi est transformateur de soi, il est créateur de soi. L’amour de soi, c’est agir, c’est créer des énergies en soi, c’est développer et exprimer son potentiel. Aimer l’autre, c’est l’aider à faire de même.

Pascal St-Denis

 

 

L’amour. La vie de couple, une expérience de partage, une opportunité d’épuration.

Lors de l’article précédent, j’ai mentionné deux formes d’expérimentation d’amour ; la première est astrale et se veut une occasion d’épurer la personnalité. L’objectif est de déplacer le centre d’intérêt du plexus solaire vers le cœur. La deuxième est mentale et implique une réponse à l’âme et le développement d’une vie de service. La première est mue par le désir alors que la deuxième répond davantage à un retour à l’universalité de la vie. Dans cet article, je vais me concentrer sur la première et sous une forme bien précise ; la vie de couple. Bien entendu, vous pouvez étendre l’expérience de partage à toutes les facettes de votre existence ; amitié, famille, compagnon de travail, société, etc., le mécanisme est le même, peu importe le visage que l’on donne à cette expérience.

Nous devons considérer le fait que notre « JE » se développe à partir d’une forte identification au monde de la forme puis, d’un engouement pour le non-soi et finalement par la satisfaction qu’il en retire. Ces trois éléments représentent l’apport des trois chakras inférieurs et définissent la manière avec laquelle l’être humain envisage ses relations amoureuses. Ils se traduisent ainsi : DÉSIRER-POSSÉDER-CONSOMMER. Plus ces éléments sont présents et actifs, plus la relation connaît des périodes difficiles qui bien souvent conduisent à la séparation ; à moins que l’expérience porte ses fruits et permettre d’épurer le « JE ».

L’amour de l’homme, dominé par la personnalité, prend racine dans le désir (astral). S’il constitue le carburant de son amour, il se laissera guider par ses attirances (désirs) pour ensuite vouloir se les approprier (possession). L’ayant fait sien, il en soutire le plus de satisfactions et de bonheur possible (consommation). Parce que les relations amoureuses s’appuient sur ces prémisses, il n’y a rien d’étonnant à ce que la fidélité soit la preuve ultime d’un amour sincère.

Lorsqu’il est question de la personnalité, il faut reconnaître que désirer et aimer sont synonyme. C’est pourquoi l’amour qui se situe à ce stade d’expérimentation demeure soumis à la loi des paires d’opposées. Ainsi, amour et haine, satisfactions et frustrations se retrouvent dans le même champ d’expérience. Par exemple, il est facile de reconnaître que lorsque les satisfactions ne sont plus au rendez-vous (à cause des exigences et intransigeances du « JE ») le désir ou amour pour l’autre diminue au point de s’éteindre complètement. Nul besoin d’approfondir plus en détail ce mode de fonctionnement. Si vous prenez le temps d’y réfléchir en toute objectivité, vous reconnaîtrez ce processus dans toutes les formes de partage qui meublent le quotidien.

Il faut que le « JE » fasse un pas vers un « NOUS » plus inclusif pour qu’une expérience de partage atteigne son but. Il doit apprendre à mettre les acquis du « JE » au service du groupe. Plus que les partenaires diminuent leurs exigences et leurs intransigeances, plus le couple devient harmonieux et productif l’un envers l’autre. L’amour qui nous conduit vers l’autre fait normalement appel au chakra du cœur. Par contre, le premier mandat évolutif de ce chakra est d’amener le « JE » à se défaire de ces mêmes exigences et intransigeances égoïstes, car épurer la personnalité, tel est le but de cette étape évolutive.

Aujourd’hui, nous sommes dans un monde qui réalise que nul homme ne vit que pour lui-même. C’est seulement lorsque l’amour dont on a tant parlé et écrit trouve son expression dans le service qu’il peut passer de l’amour qui fait souffrir à l’amour inclusif qui nous reconnecte à l’universalité de la vie.

La première phase d’intégration s’étend sur plusieurs incarnations et connaît sa large part d’échecs et de souffrances. Durant cette période, l’amour de soi et des autres est au centre des préoccupations humaines. Lorsqu’il est question de partage, l’objectif est de créer un environnement où le bonheur est maître. Étant donné que la vie des sens occupe une grande place dans cette recherche de bonheur, le sentimentalisme se gave d’affection, de tendresses, de caresses, de sexualité, de bien-être circonstanciel là où le plaisir de l’autre se joint au nôtre. C’est notre façon d’harmoniser les énergies psychiques inférieures qui cherche à taire les peurs, doutes, angoisses et manques qui nous habite.

Pour aimer l’autre, il faut d’abord s’aimer et pour y arriver il faut matérialiser ce qu’il y a de plus juste et de plus beau en nous. Aimer l’autre, c’est l’aider à faire de même.

Pour finir, je vous présente un extrait des paroles de Peter Deunov

Si vous n’aimez pas vos proches, vous ne pourrez pas aimer vos semblables. L’homme doit peu à peu élargir le cercle de son amour. Il doit croître continuellement et s’approcher de l’Amour qui englobe tout. Aimer quelqu’un signifie, l’envelopper d’un habit tissé de nos plus belles pensées et de nos plus beaux sentiments. Cesser d’aimer cet homme, cela signifie lui enlever cet habit et le donner à un autre.

Est-ce juste? Pourquoi ne laisses-tu pas l’habit sur le dos du premier et pourquoi dois-tu le déshabiller? Si tu en aimes un autre, habille-le aussi d’un nouveau vêtement. Autant tu aimes de personnes, autant tu devras confectionner d’habits neufs. Mais déshabiller l’un pour habiller l’autre est un manque de compréhension de l’amour. C’est de la passion, non de l’amour.

L’action de s’éprendre de quelqu’un est un processus discontinu, un processus intermittent. Quand il devient amoureux, l’homme place l’image du bien-aimé si près de ses yeux qu’il ne voit plus les autres visages ni les autres choses. Quand il n’a plus d’yeux que pour une figure, il rompt avec les hommes qu’il avait vu et aimé plus tôt.

À suivre.

Pascal St-Denis

 

L’amour et l’expérience de partage. (article 3)

Pour mieux comprendre l’amour dans son intégralité, il est préférable de jeter un coup d’œil sur les deux grandes lignes de développement du processus évolutif auxquelles nous sommes soumis et auxquelles nous ne pouvons pas échapper. Elles constituent une sorte de charge de travail qui nous est allouée avec une responsabilité de résultat. Voyons-les comme une évolution en deux temps qui exige plusieurs incarnations pour y arriver ; d’abord la construction d’un véhicule d’expression (la personnalité) qui, en temps voulu, doit mettre ses acquis au service de l’énergie initiatrice (l’âme).

Aujourd’hui, ces deux lignes de développement évolutif prennent forme dans une relation qui interpelle de plus en plus nos sociétés dans leurs recherches de solutions vers un monde meilleur. Il s’agit de l’expérience de partage qui implique le « JE » et le « NOUS » et qui concerne toutes les facettes de nos vies. Une grande partie de l’humanité arrive au point de transfert où le « JE » est appelé à mettre ses acquis au service d’un « NOUS » plus inclusif et cela comporte son lot de difficultés. C’est l’histoire de la conscience individuelle, de « notre JE » qui résiste, s’oppose ou encore impose des conditions à la mise en œuvre d’un « NOUS » inclusif qui lui, fait appel à la conscience de groupe ; la seule d’ailleurs que l’âme reconnaît. L’amour avec le soutien des autres qualités forme le véhicule par excellence pour effectuer cette tâche.  

Pour comprendre les difficultés que représente cette tâche, il faut avoir une idée de comment s’est développé le « JE ». Nous savons que les 3 chakras inférieurs servent à la croissance de notre « JE » et que cela exige plusieurs incarnations pour y parvenir. Au niveau du développement de l’auto-conscience, notre « JE » s’est développé à partir d’une forte identification au monde de la forme suivi d’un engouement pour le non-soi et finalement par la satisfaction du pouvoir que nous pouvons exercer sur ce dernier.  

 Ces éléments qui sont la marque de la personnalité ont produit une série d’exigences et d’intransigeances qui habitent toujours le corps astral et qui rend si difficile l’ouverture du cœur. Ces conditions produisent et continueront de produire leur lot d’émotions négatives tant et aussi longtemps que l’expérience de partage sera conditionnée par le monde de désir. La qualité d’amour commence à changer dès que le chakra du cœur atteint un certain niveau de synchronisation avec la pensée de l’âme.

Les deux lignes de développement auxquelles j’ai fait allusion au début de l’article créent deux formes d’expérimentation de l’amour ; la première concerne notre « JE » et l’autre le «NOUS».    Lors du prochain article, nous analyserons la première forme d’expérimentation en utilisant le couple comme exemple.

À suivre.

Pascal St-Denis

L’amour, une énergie en évolution. (article 2)

Comme mentionné dans l’article précédent, nous donnons de nombreux visages à l’amour, comme dans un miroir déformant. Nous devons maintenant reconstruire cette image en détruisant les déformations et en unifiant la vibration qui se disperse en de multiples expressions. Au niveau de l’être humain, on remarque les formules suivantes : amour familial, amour du conjoint, amour sexuel, amour de la patrie, amour du travail, amitié, etc.. Qu’ont-ils en commun ? Chacune de ces formules a une identité qui lui est propre. Chacune obéit à des règles de comportements et d’attitudes qui en définissent le cadre et qui indiquent où ça commence et où ça finit. Ces règles ne correspondent pas nécessairement aux exigences de l’âme dont la conscience s’aligne sur des principes universels.

Le retour à l’âme est le but de l’être humain et l’amour en est le moyen et cela n’est pas négociable. Les deux sont indissociables, car l’âme est amour et l’amour est la nature même de l’âme. Que veut-on dire par « nature » ? La nature d’une chose est l’ensemble de ses propriétés innées, des propriétés qu’elle possède dès le premier instant et pendant toute la durée de son existence et qui la constituent essentiellement. L’essence d’un être, c’est sa fin. Chez l’être humain, l’âme est l’essence, le début et sa fin. Peu importe le chemin qu’il emprunte afin de connaître et d’exprimer l’amour, il aboutira toujours à l’âme. Alors, s’aimer soi-même, c’est se laisser attirer par ce qui est de plus juste en nous, l’âme. Aimer les autres, c’est se laisser attirer par ce qui est de plus juste en eux, l’âme. Le véritable amour demande que notre conscience soit attirée par ce qu’il y a de plus beau en chaque forme, l’âme.

Lors de mes premiers pas en psychologie ésotérique, il y a un texte d’A.A. Bailey sur l’amour qui a attiré mon attention au plus haut point. Cela disait « L’Amour n’est ni un sentiment ni une émotion. Ce n’est pas non plus un désir ou un motif égoïste d’agir avec rectitude dans la vie journalière. L’amour est la force supérieure qui guide les mondes. Il conduit à l’intégration, à l’unité et à l’inclusion ». C’est ce texte qui a lancé de façon intensive mes 35 années de recherches sur l’évolution de la conscience humaine. C’est à partir de ce moment-là que j’ai réalisé que tout est soumis aux forces évolutives. C’est à moment que j’ai compris que l’amour s’apprend. En partant du principe que l’amour est une énergie en évolution, nous pouvons considérer que nous ne partons pas à zéro. Plusieurs paliers ont été franchis et plusieurs autres doivent l’être avant d’atteindre le haut de la montagne.

Il est entendu que c’est la responsabilité de chacun d’identifier où il en est rendu dans l’intégration de cette énergie. Par contre, nous pouvons globalement faire ressortir des irritants qui empêchent l’humanité de faire un pas à l’avant. C’est ce que nous tenterons de cerner dans le prochain article.

Note : ce blogue est construit autour d’articles qui traitent de sujets qui normalement prendraient l’allure de documents plus volumineux. Dans la mesure du possible, j’essaie de respecter la règle des 500 mots maximum par articles. C’est pourquoi ils sont numérotés selon le sujet ou identifiés à suivre. Pour ceux qui perdent le fil de ces articles, vous pouvez toujours vous rattraper en allant à « pascalstdenis.com », choisir votre thème et trouver ceux qui vous intéressent.

À suivre.

Pascal St-Denis

 

 

Les grandes qualités. L’amour (article 1)

J’aborde aujourd’hui la dernière des grandes qualités, l’amour. Tout ce qui existe dans l’univers répond au processus évolutif et l’amour ne fait pas exception. De vie en vie, d’expérience en expérience, l’amour est appelé à évoluer au point de faire « un » avec la conscience de l’âme. Le choix ne se limite pas entre aimer ou ne pas aimer. Dans beaucoup de cas, ce sont les échecs répétés de la vie amoureuse qui force l’être humain à s’interroger et à remettre en question les valeurs établies.

L’amour, la qualité suprême, direz-vous ! Tout le monde en parle. Tout le monde souhaite le vivre ou se vante de l’avoir vécu. Il existe des milliers de romans et de films sur le sujet. Toutes sortes d’études et de thèses plus ou moins psychologiques ont vu le jour sur la manière de vivre l’amour. Alors, comment se fait-il que l’expérience amoureuse se termine trop souvent dans la souffrance, la colère, et la solitude ? Pourquoi les relations épanouies et évolutives semblent-elles échappées à tant de personnes ? Bien que l’amour soit la recherche ultime de l’être humain, comment se fait-il que nous soyons témoins de tant de haine ? Se peut-il qu’une dimension échappe encore à l’ensemble de l’humanité ? La dimension spirituelle de l’amour peut-être !

Vivre la dimension spirituelle de l’amour ne signifie pas que nous devons changer de monde. La dimension spirituelle doit pouvoir s’expérimenter dans le quotidien pour trouver sa véritable signification. L’être humain vit actuellement l’amour à partir d’une image construite et colorée en grande partie par les valeurs humaines construites au fil des siècles. Ces valeurs, d’ordre moral, social, religieuse, raciale et autres, il les a assimilés sans trop de résistances.

Cette façon d’aborder l’amour est fort répandue et constitue la vision de la masse. Il est vrai aussi qu’une minorité d’êtres humains s’efforcent d’expérimenter l’aspect supérieur de l’amour. Ils tentent d’ajuster leurs expériences personnelles à la nature de l’amour universel. Ils essaient d’en reconnaître les lois et d’y répondre le plus adéquatement possible.

Cette dimension est la porte à ouvrir pour que cesse ce tourbillon sans fin qui maintient l’être humain dans la souffrance et la dualité de l’amour. Chaque fois que l’être humain agit sans que la vibration de l’amour soit présente, il souffre de cette absence et des limites qui l’accompagnent. Prendre conscience de cette vibration, c’est reconnaître la nature de l’amour et l’appliquer à travers la vie quotidienne. Tous sont d’accord pour dire qu’un monde sans Amour est un monde où personne ne désire vivre. Pourtant, qui peut se vanter de n’avoir jamais souffert de l’Amour ? De l’Amour qui fait souffrir à l’Amour qui libère, il y a tout un cheminement. Il y a une série d’expériences exigeantes, car l’amour est pour nous tous, un processus en évolution.

Pourquoi tant de gens ont-ils l’impression de se diriger dans un cul-de-sac ? Pourquoi tant d’hommes et de femmes font-ils le choix de vivre seuls ? Pourquoi l’amour est-il si difficile à comprendre ? Pourquoi tant de versions différentes de l’amour ? Il y a actuellement beaucoup de questions sur l’amour, mais peu de réponses satisfaisantes.

Tant et aussi longtemps qu’on ignorera la dimension spirituelle de l’amour, le processus évolutif de cette grande énergie ne pourra être compris et l’être humain ne verra l’amour qu’à travers de multiples déformations. L’homme a donné de nombreux visages à l’amour, comme dans un miroir déformant. Il doit maintenant reconstruire cette image en détruisant les déformations et en unifiant la vibration qui se disperse en de multiples expressions.

 À suivre.

Pascal St-Denis