La psyché des champs de conscience (chakras) et leurs émotions (article 1 de 6)

Bien qu’il y ait sept champs de conscience, vous remarquerez que dans l’information qui va suivre que j’ai donné une double identité psychique au champ du cœur. La raison est simple, pour une grande majorité de personnes le point de tension psychique provient principalement de l’activité de ce champ. J’y reviendrai lors du développement des facteurs émotionnels de chacun des champs de conscience. Lire la suite

Chakras, système nerveux, système glandulaire….

J’ai écrit quelques articles concernant ces composantes qui sont au cœur du fonctionnement humain. S’il y a un élément fondamental sur lequel nous devons réfléchir et qui, je crois, peut aider tout ceux qui travaillent à la guérison de l’être, c’est ceci:

Le système des chakras concerne les échanges énergétiques dont la nature est psychique.

Le système nerveux concerne les échanges électriques que ce soit au niveau des terminaisons nerveuses ou qu’il s’agisse des échanges entre les neurones du cerveau, elles sont toutes de nature électrique.

Le système glandulaire concerne les échanges chimiques (les hormones, vous connaissez).

En ciblant, le système qui connaît le plus de tension, il est plus facile de définir l’intervention la plus profitable.

Les trois ne font qu’un. On retrouve les causes primaires au niveau des chakras, les causes secondaires au niveau du système glandulaire et les causes tertiaires au niveau du système nerveux. Lire la suite

#11. Mieux comprendre le chakra

Le chakra. Il est important d’élucider sa signification afin d’établir une base de compréhension susceptible de mieux répondre au mode de perception occidentale. Dans un premier temps, « chakra » est un terme sanscrit bien connu des Orientaux et qui signifie « roue ou tourbillon ». En fait, les chakras sont des « champs de force » créés par le croisement de plusieurs courants énergétiques qui s’amalgament et qui donnent à l’énergie en mouvement une apparence de roue tourbillonnante. Ce terme, bien qu’il puisse être reconnu et adopté par les ésotéristes du monde entier, n’a que très peu d’écho dans nos esprits occidentaux. N’ayant ni liens ni repères avec notre mode de vie actuel, il est normal que ce terme laisse la plupart des gens perplexes.

Les chakras constituent, si l’on peut dire, l’ossature de la conscience humaine en évolution. Ils sont l’extension de l’âme sur le plan phénoménal[1] et possèdent les germes de l’incarnation présente. Concernant davantage la conscience et sa progression évolutive plus que tout autre aspect, nous augmentons considérablement nos chances d’intégrer ce concept en remplaçant « chakra » par « champs de conscience », car, pour nous, au stade actuel de notre évolution, c’est sous cet angle qu’il est préférable de les examiner. Un jour, la science des centres deviendra l’outil par excellence de guérison, et ce, sur tous les plans de la nature humaine. Le développement de cette science permettra d’identifier les causes profondes de nos maux tout en mettant en lumière le chemin de notre propre évolution.

Comparons conscience et musique. Du côté de la musique, sept notes avec leur durée, leur hauteur, leur intensité et leur timbre suffisent pour créer une infinité d’œuvres musicales. Concernant la conscience, sept champs de conscience avec leurs caractéristiques fondamentales, leur développement, leur rôle et leur bagage d’expériences acquises suffisent pour qu’apparaisse une diversité sans fin de manifestations humaines. Une œuvre musicale ne peut exister sans la présence de la gamme. Il en est de même pour la conscience humaine : aucun état de conscience ne peut se manifester sans la présence des champs de conscience. Pour être en mesure d’intervenir sur une œuvre musicale et la faire évoluer, il faut connaître le fonctionnement de la gamme de musique. Il en est de même pour l’être humain. Pour pénétrer profondément l’individualité de l’être humain et en comprendre la logique évolutive, il faut avoir une idée de son cadre septuple, car de là, tout émane.

[1] Qui concerne l’apparence des choses.

Inspiré par A.A.Bailey

Pascal St-Denis

#8 Un rapport intime entre chakras et glandes

Le système endocrinien ou glandulaire est relié aux chakras. Cela fait en sorte que l’activité des glandes dépendent directement de la qualité des vibrations qui habitent les chakras. Partant de cet énoncé, un homme peut être malade et déficient, ou encore vigoureux et bien portant selon l’état de ses chakras et du système glandulaire qui eux, se nourrissent des énergies des chakras. Il faut toujours se rappeler que les chakras sont l’agencement majeur sur le plan physique par lequel l’âme s’active et exprime vie et qualité selon le point atteint dans le processus de l’évolution. Le système glandulaire n’est qu’une expression inévitable des centres par lesquels l’âme se manifeste. Les glandes expriment donc pleinement le point d’évolution de l’homme, et selon ce point, elles sont responsables soit de défauts et de limitations, soit d’avantages et de perfections atteintes.

La conduite et le comportement d’un homme sur le plan physique sont conditionnés, contrôlés, et déterminés par la nature de ses glandes, et celles-ci sont conditionnées, contrôlées, et déterminées par la nature, la qualité, et la vitalité des chakras. A leur tour, ceux-ci sont conditionnés, contrôlés, et déterminés par l’âme, de plus en plus efficacement à mesure que l’évolution progresse.

Avant le contrôle par l’âme, les centres sont qualifiés conditionnés, et contrôlés par le corps astral, et plus tard par la pensée. Le but du cycle évolutionnaire est de provoquer ce contrôle, ce conditionnement, et ce processus déterminant par l’âme. Les êtres humains se trouvent actuellement échelonnés à tous les degrés imaginables de développement au sein de ce processus. Il en ressort que dans toute vie individuelle le processus karmique doit s’élaborer par l’intermédiaire des glandes, lesquelles conditionnent les réactions de chaque personne envers les circonstances et les événements.

C’est le système de chakras associés à leurs extériorisations glandulaires que nous devons prendre en sérieuse considération et sur lequel nous devons agir. Par exemple, lorsqu’une personne tente de stimuler l’un de ses chakras ou celui d’une autre personne par quelque technique que ce soit, il y aura un impact défini sur la glande associée, donc sur la sécrétion que cette glande déverse habituellement dans le courant sanguin.

Les sept centres majeurs et leurs glandes associées se présentent comme suit :

  1. Le centre coronal                     La glande pinéale.
  2. Le centre frontal                       La glande pituitaire.
  3. Le centre laryngé                      La glande thyroïde.
  4. Le centre cardiaque                  Le thymus.
  5. Le centre solaire                        Le pancréas.
  6. Le centre sacré                           Les gonades (organes sexuelles mâle et femelle).
  7. Le centre coccygien                   Les glandes surrénales.

Il existe aussi d’autres centres (chakras) et de nombreuses autres glandes dans le corps humain, mais les guérisseurs agissent sur les sept centres majeurs. Les glandes mineures ou subsidiaires sont conditionnées par le centre contrôlant la région où elles sont situées. Le guérisseur refuse toutefois d’alourdir sa pensée par les multiples détails concernant les systèmes glandulaires secondaires et par la complexité de leurs moindres relations réciproques intérieures. Les sept glandes et centres cités déterminent fondamentalement l’état de santé – bon, indifférent, ou mauvais – d’un homme, ainsi que son équipement psychologique.

Pascal St-Denis

#7. Chakras, glandes et système nerveux…

Prenez conscience que les chakras transportent les énergies de votre psyché, c’est à dire l’histoire vibratoire de vos expériences globales (de toutes vos incarnations) alors que le système glandulaire (surtout les 7 glandes principales qui correspondent aux 7 chakras) définissent la manière dont la personnalité se manifeste. En tenant compte de cet aspect particulier, il est plus facile de bâtir une meilleure compréhension des maladies qui affectent l’être humain.

les échanges ÉNERGÉTIQUES sont l’affaire des corps subtils (mental astral et éthérique (incluant les 7 chakras) alors que les échanges CHIMIQUES sont l’affaire du système glandulaire. Entre les deux il y a le système nerveux (central et sensoriel) qui sert de zone tampon entre la circulation énergétique et les échanges chimiques (hormones, etc..).

Pascal St-Denis