Pour mieux comprendre l’âme (article 6)

Fusion avec l’âme : Nous qui enseignons, observons et guidons le développement ésotérique de l’homme, nous savons qu’une certaine mesure de fusion, si elle n’est pas établie, à cinquante-six ans, l’est rarement plus tard. Au-delà de cet âge, l’homme peut se maintenir au point qu’il a atteint et alimenter son aspiration. Par contre, la submersion dynamique de la personnalité dans la vie de l’âme se produit alors rarement.

5 crises à gérer : Nous avons donc ici cinq points de crise dans la vie de l’individu. Le reflet de cette quintuple expérience dans la vie de tout individu a lieu dans l’ordre suivant dans la vie de l’homme qui réagit à la civilisation et à l’éducation des temps présents et qui les utilise :

Appropriation de l’enveloppe physique.

Ceci a lieu entre la quatrième et la septième année, lorsque l’âme, qui planait jusqu’alors au-dessus du véhicule physique, en prend possession.

Une crise durant l’adolescence, ou l’âme s’approprie le véhicule astral. Cette crise est perçue par la plupart des psychologues du fait d’anomalies temporaires qu’elle manifeste. Ils ne connaissent pas la cause, mais constatent seulement les effets.

Une crise semblable entre la vingt-et-unième et la vingt-cinquième année, pendant laquelle le véhicule mental est approprié. L’homme doit alors commencer à répondre aux influences de l’ego et dans le cas d’un homme avancé, il le fait fréquemment.

Une crise entre la trente-cinquième et la quarante-deuxième année, pendant laquelle un contact conscient avec l’âme est établi ; la triple personnalité commence alors à répondre, en tant qu’unité, à l’impulsion de l’âme.

Durant les années qui restent, il devrait y avoir un rapport de plus en plus solide entre l’âme et ses véhicules, conduisant à une autre crise entre la cinquante-sixième et la soixante-troisième année. De cette crise dépendra l’utilité future de la personne et aussi le point de savoir si l’ego continuera à utiliser les véhicules durant un âge encore prolongé ou bien s’il y aura un retrait graduel de son énergie.

Il y a, dans la vie de toute âme au cours des âges, de nombreux cycles de crise, mais ces cinq crises majeures peuvent être suivies clairement du point de vue de la vision supérieure.

L’âme et la maladie : Toute maladie (et ceci est un lieu commun) provient d’un manque d’harmonie, d’une dissonance qui existe entre l’aspect forme et la vie. Nous appelons âme ce qui rapproche la forme et la vie, ou plutôt ce qui est le résultat de cette union projetée. La maladie apparaît lorsqu’il y a un défaut d’ajustement entre ces divers facteurs, l’âme et la forme, la vie et son expression, les réalités subjective et objective. En conséquence, l’esprit et la matière ne sont pas reliés librement l’un à l’autre.

L’énergie circule de la manière suivante :

De l’âme, elle passe par les corps subtils mental et émotionnel, qui sont simplement des centres d’énergie qualifiés. L’énergie suit son cours et passe par le corps vital (ou éthérique) avec ses sept chakras majeurs de force. Ces derniers dirigent ensuite l’énergie vers le système endocrinien, qui est une résultante physique des sept chakras. Elles constituent le facteur déterminant de commandement dans le corps physique de l’homme. Finalement, l’énergie traverse le système nerveux dans ses trois divisions (central, sensoriel et périphérique) et termine sa course dans le courant sanguin.

Tous les organes subsidiaires de l’homme sont des effets. Aucun n’est une cause prédéterminante. Les causes déterminantes chez l’homme, ce sont les glandes, celles qui font de lui ce qu’il est. Elles sont les extériorisations des types de forces qui proviennent des mondes d’existence plus subtils, et qui affluent par les centres éthériques. Ces forces dénotent le point d’évolution atteint par l’homme.

Elles sont vitales et actives, ou non vitales et inactives, selon l’état des chakras. Elles manifestent une activité suffisante, excessive, ou insuffisante selon la condition des tourbillons éthériques. Ici, le processus de contrôle s’effectue via le système nerveux. Le système directeur étroitement entrecroisé du réseau nerveux, du cerveau, et du courant sanguin.

  Tiré des enseignements d’A.A. Bailey

Pascal St-Denis

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s