Les grandes qualités. L’absence de passion (article 1)

Comment aborder l’absence de passion.

Je crois que le temps est venu de passer à la prochaine grande qualité bien que nous pourrions encore explorer l’équilibre sous plusieurs angles. Je pense que les précédents articles donnent un aperçu de la place qu’occupe cette qualité dans le processus de l’évolution de la conscience. Par contre, n’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions à ce sujet.

Comme mentionné dans les articles sur l’équilibre, il existe un rapport direct entre les 5 grandes qualités, les chakras et les différents corps qui forment notre personnalité. L’absence de passion touche d’une manière plus spécifique le champ de conscience sacré et le corps émotionnel. Pour découvrir le véritable sens de cette qualité, nous devons la considérer comme un outil important pour l’évolution du corps émotionnel.

Commençons par tracer un portrait de la passion. Qu’on le veuille ou non, la passion est un mouvement violent de l’âme, accompagné d’un sentiment de plaisir ou de peine ou résultant d’un désir intense, d’un penchant irrésistible. La passion toujours durable, au moins dans une certaine mesure, est très différente de l’émotion qui est plutôt une réaction brusque, un état violent, mais court. Elle est infiniment plus complexe et variée. Elle est source de sentiments très divers, voire opposés : le passionné, tour à tour adore et maudit l’objet de sa passion. Cela est à peu près semblable à ce qu’est l’idée fixe dans la vie intellectuelle de l’individu.

Ainsi, tous les penchants, pourvu qu’ils se développent suffisamment, peuvent donner naissance à une passion au détriment des autres. La passion est un ressort d’activité puissant et cela semble en contradiction avec le sens véritable du mot qui se justifie pourtant dans la mesure où elle est subie par l’individu. Elle naît et se développe à son insu et souvent contre son gré, comme une obsession.

Est-ce que l’absence de passion est une qualité ? Si l’absence suppose le manque, la carence ou pire l’inexistence, peut-on lui imputer certaines caractéristiques positives ? Pourquoi devrais-je cultiver cette qualité ? Des questions qui méritent réflexions et discussions.

À suivre.

Pascal St-Denis

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s