Développer l’impersonnalité (un geste de détachement)

L’impersonnalité (le caractère de ce qui est impersonnel). Une attitude qui favorise une meilleure adhésion à la justice, l’égalité, l’intégrité, la neutralité, l’équité, l’objectivité, l’impartialité et la droiture.

Y a-t-il quelque chose d’autre que j’aimerais dire à propos de l’impersonnalité. Nous devons nous efforcer de considérer avec une « divine indifférence » complète et soigneusement développée ce qui est dit ou suggéré par les gens qui nous entourent. Le terme « divine » est important, car c’est là que se trouve le secret de l’attitude nécessaire.

Il s’agit là d’une chose différente de l’indifférence consistant en un manque total d’intérêt, ou de l’indifférence qui est l’aboutissement psychologique d’une « façon d’échapper » à tout ce qui est déplaisant. Ce n’est pas non de l’indifférence qui accompagne souvent un sentiment de supériorité. C’est l’indifférence qui accepte tout ce qui est offert, qui utilise ce qui peut servir, qui apprend ce qui peut être appris, mais qui n’est pas entravée par les réactions de la personnalité.

C’est l’attitude normale de l’âme à l’égard du non-soi. C’est la négation de tout préjugé, de toute idée préconçue et étroite, de toute tradition, influence ou réflexe de la personnalité. C’est le processus de détachement qui place l’intériorité de l’être au premier plan de nos relations.  

Pascal St-Denis

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s