La purification du corps émotionnel

Tiré des enseignements d’A.A. Bailey

La méthode de procéder est ici différente. Le corps émotionnel est simplement un grand réflecteur qui emprunte couleur et mouvement à son entourage et reçoit l’empreinte de chaque désir qui passe. Il contacte chaque caprice et chaque fantaisie dans son environnement, chaque courant le met en mouvement ; chaque son le fait vibrer à moins que l’aspirant empêche un tel état de choses et entraîne le corps émotionnel à ne recevoir et à enregistrer que les seules impressions provenant du niveau intuitionnel, via l’âme. Le but de l’aspirant devrait tendre à discipliner le corps émotionnel afin qu’il devienne calme et clair comme un miroir et qu’il constitue ainsi un parfait réflecteur.

Quels mots pourraient décrire le corps émotionnel ? Calme, sérénité, tranquillité, repos, apaisement, limpidité et clarté, semblable à un miroir, à un réflecteur limpide qui transmet avec précision les souhaits, les désirs et les aspirations de l’Ego et non de la personnalité. Comment accomplir tout ceci ? De plusieurs façons :

  1. Par une surveillance constante de tous les désirs, motifs et souhaits qui traversent journellement l’horizon, par l’accentuation consécutive de tous ceux d’ordre supérieur et par la prohibition des inférieurs.
  2. Par une tentative constante de contacter l’âme chaque jour et de refléter Ses vœux dans la vie. Des fautes seront d’abord commises, mais le processus de construction s’effectuera peu à peu, et la polarisation dans le corps émotionnel se transfèrera graduellement de sous-plan à sous-plan, jusqu’à atteindre les niveaux supérieurs.
  3. Par des périodes journalières déterminées consacrées à calmer le corps émotionnel. Il a été beaucoup insisté, dans la méditation, sur l’apaisement du mental, mais il doit être rappelé que la tranquillisation de la nature émotionnelle est un pas préliminaire vers cet apaisement du mental, l’un succède à l’autre et il est sage de commencer à la base de l’échelle.

Chaque aspirant doit découvrir par lui-même le point où il cède le plus facilement aux vibrations violentes telles que la peur, l’inquiétude, les désirs personnels de toutes sortes, amour personnel de quelque chose ou de quelqu’un, découragement, hypersensibilité à l’opinion publique; il doit alors surmonter cette vibration en lui imposant un rythme nouveau, définitivement éliminateur et constructif.

Pascal St-Denis

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s