Parlons causes de maladies et congestion. (article 1 de 2)

Pour débuter, je reviens sur cet énoncé à propos de la maladie.
« Toute maladie provient d’un manque d’harmonie, d’une dissonance qui se produit entre l’esprit et la matière. Voyons l’âme comme étant le résultat de la relation entre ces deux éléments. L’âme est donc “conscience”.

La maladie apparaît lorsqu’il se produit un défaut d’ajustement entre l’âme et la forme entre les réalités subjectives et objectives. En conséquence, l’esprit et la matière ne sont pas reliés librement l’un à l’autre ». Ce défaut d’harmonie fait naître la congestion, la corruption et la mort. Abordons la question sous l’angle de la congestion. La meilleure façon de définir cette dernière serait de dire qu’elle résulte d’un arrêt du libre flux de la force dans un ou plusieurs chakras et au travers du corps tout entier. Elle existe sous deux formes.

1. La congestion qui produit son effet à l’intérieur du chakra lui-même, et en conséquence dans la glande correspondante (exemple : chakra de la gorge et la glande thyroïde). Le flux est inhibé soit à l’entrée ou à la sortie du chakra. Lorsque l’obstacle se trouve à l’entrée du chakra, l’énergie est refoulée vers sa source d’origine soit le corps astral ou le corps mental. Cela produit alors une inhibition psychologique. La glande associée ne reçoit plus les impulsions auxquelles elle devrait normalement réagir. Lorsque l’obstacle est placé à la sortie du chakra vers le corps physique, la force n’afflue pas librement et la glande associée sera nettement affectée. Elle sera soit hyperstimulée (excès) par un flux arythmique, soit sous-alimentée en énergie (apathie). À son tour, la sécrétion glandulaire s’en trouve affectée et ultérieurement le courant sanguin.

2. La congestion qui a lieu lorsque l’énergie ou la force de vie se répand dans le corps physique et rencontre sur son parcours certaines formes de faiblesse, diverses zones malades et des régions où le courant est freiné ou trop accéléré. Le flot d’énergie peut également être arrêté dans certaines zones, ou nourrir des régions malades du corps, ou encore les guérir et les purifier. Une congestion temporaire peut devenir un facteur bienfaisant aussi bien qu’une force maléfique. Est-ce surprenant ?

Tiré des enseignements d’A.A. Bailey
Pascal St-Denis

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s