Les quatre états des chakras. La cristallisation (article 5 de 5)

La cristallisation, c’est la mort. Il ne s’agit pas de la mort au sens propre, mais au sens figuré, bien qu’à long terme, elle conduise inévitablement à la destruction du corps. La cristallisation peut être comparée à une forme de durcissement. Imaginez l’énergie de nature fluide qui se densifie au point de ne plus laisser passer la vie, les pulsions ou encore les qualités qu’elle transporte. C’est comme si l’énergie cessait d’émettre perdant ainsi le contact avec la forme dans laquelle elle habite. La cristallisation vient du refus ; d’un refus répété à l’énergie ou à la conscience qui tente de se faire entendre. Qu’arrive-t-il, par exemple, à celui qui a de mauvaises habitudes alimentaires, au point d’obstruer ses artères, et qui refuse les suggestions de son médecin ? Un jour, il apprendra que ses artères durcissent et bloquent au point de ne plus laisser passer la vie (le sang). C’est la mort qui l’attend.

Les gens qui vivent dans le refus continuel connaîtront, un jour ou l’autre, la cristallisation. Ceux qui manquent d’ouverture d’esprit transportent la plupart du temps les attitudes propices à la cristallisation d’un ou de plusieurs de leurs centres. Il faut garder à l’esprit que les champs de conscience ou chakras sont des mécanismes qui poussent l’individu à évoluer, à progresser. Lorsqu’une personne, pour toutes sortes de raisons, refuse d’évoluer, peu importe le sens qu’on lui donne, et qu’elle agit de manière répétée, elle entre inévitablement dans un processus de cristallisation. Il est clair que lorsqu’une énergie se cristallise, nous devons nous attendre, un jour ou l’autre, à ce que le corps se conforme à cette réalité. Le chakra ainsi atteint influencera la partie du corps qui correspond à cette réalité énergétique. Les formes de refus répétés sont nombreuses. Ils sont facilement identifiables lorsqu’il s’agit d’attitudes physiques, mais ils sont parfois difficiles à cerner lorsqu’ils sont liés au caractère ou à la vie psychologique de l’individu. Voici quelques exemples de refus qui, lorsqu’ils deviennent une réponse continue, finissent par créer de la cristallisation, car ils ont tous une connotation de durcissement.

Refus de pardonner ou de se pardonner.

Refus d’avancer, de changer des choses.

Refus de prendre en charge certaines prises de conscience.

Refus de changer une manière de pensée désuète.

Refus de changer une mauvaise habitude.

Refus de changer une attitude malsaine, etc.

Pascal St-Denis

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s