Le manque de transparence, la cause de bien des maux…

Plus j’observe les hauts et les bas de nos sociétés démocratiques, plus je réalise qu’une grande majorité des problèmes qui nous affectent sont dus à un manque évident de transparence. Lorsqu’elle est présente, elle donne une plus grande place à la vérité, et contribue ainsi à assainir la communication entre les parties. La transparence facilite notre compréhension et se traduit par une analyse plus intelligente et rationnelle de notre part. Elle donne un air d’honnêteté et d’intégrité qui favorise la coopération et le partage.    

 Cependant, son absence rend l’information hermétique et sous le contrôle des structures et organisations qui ont intérêt à manipuler l’information. Bien qu’au Canada, il existe une loi sur l’accès à l’information, les restrictions sont nombreuses.

Le manque de transparence finit par créer le doute dans l’esprit des gens. Plus les doutes persistent, plus la suspicion prend du galon et ouvre la porte à des interprétations qui souffrent du manque d’informations.

Les effets qui accompagnent le manque de transparence sont nombreux. Le désintéressement politique en est un d’importance. Beaucoup trop de personnes ne votent plus parce qu’elles doutent de l’honnêteté des politiciens et croient qu’ils ont un agenda caché.

Le doute, la suspicion, le scepticisme, la méfiance qui habitent de plus en plus de personnes finit par créer une paranoïa qui ouvre la porte aux multiples théories complotistes. L’opinion publique n’a pas d’égal, mais elle est actuellement mal utilisée. En tant que citoyens, acceptons-nous trop aisément ce qu’on nous dit ? Les phrases bien tournées du politicien entraîné, braqué sur ses desseins égoïstes, les arguments du démagogue à la langue dorée, exploitant une théorie quelconque aux dépens du public, les mensonges de l’homme qui a une cause ou un intérêt personnel à faire valoir, tous sont facilement entendus et trouvent leur lot d’adeptes.  

 La psychologie de masse et la réponse prévisible à ce qu’on nous dit sont exploitées depuis longtemps. Malheureusement, la plupart du temps, ces facteurs qui prennent le pouls d’une population servent l’intérêt des hommes qui n’ont pas à cœur le bien supérieur de l’humanité. Cela a trop souvent été utilisé à des buts égoïstes. 

Mais cette forme d’influence qui ne mérite pas le nom d’opinion publique peut autant servir des fins louables que des mauvaises, des mesures constructives plutôt que destructives. Un peu d’organisation dans la direction et un programme sagement défini en vue de cet objectif peuvent apporter le changement nécessaire et permettre à une opinion publique saine et intelligente de devenir l’un des facteurs majeurs de la reconstruction mondiale et de justes relations humaines. J’aimerais bien connaître votre opinion sur le sujet de transparence.

Pascal St-Denis

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s