Un monde meilleur passe par les 4 libertés de Roosevelt.

Je suis de plus en plus persuadé que le point de départ pour créer un monde meilleur est une éducation qui prône les justes relations humaines. Juste le fait de reconnaître et de respecter les 4 grandes libertés exprimées par Roosevelt permettrait l’intégration de principes qui conduisent les nations à servir le « Nous ».

Je vous soumets un texte de Ban Ki-moon, secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies en 2015 concernant l’espoir que cette voie devienne réalité.

Les 4 libertés

Il s’agit de la liberté de parole, de la liberté de culte, de la liberté de vivre à l’abri de la peur et de la liberté de vivre à l’abri du besoin

Ce jeudi 10 décembre 2015, l’humanité célèbre la journée des droits de l’homme. À l’occasion de cette commémoration, Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations unies, a adressé un message aux citoyens du monde dans lequel il cite quatre libertés mentionnées par le président américain, Franklin Delano Roosevelt, à l’épode de la Seconde Guerre mondiale.

« Au moment où le monde est le théâtre d’atrocités à grande échelle et de violences généralisées, la Journée des droits de l’homme devrait mobiliser une action mondiale plus concertée pour promouvoir les principes intemporels que nous nous sommes collectivement engagés à défendre.

En cette année qui marque le soixante-dixième anniversaire de l’Organisation des Nations Unies, l’histoire du mouvement moderne, des droits de l’homme né de la Seconde Guerre mondiale peuvent être une source d’inspiration.

Le Président des États-Unis Franklin D. Roosevelt a défini à cette époque quatre libertés essentielles qui sont autant de droits intangibles de tout être humain : la liberté d’expression, la liberté de religion, la liberté de vivre à l’abri du besoin et la liberté de vivre à l’abri de la peur. Son épouse Eleanor Roosevelt a rejoint à l’ONU les militants des droits de l’homme du monde entier pour inscrire ces libertés dans la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Les extraordinaires défis d’aujourd’hui peuvent être vus — et relevés — à travers le prisme des quatre libertés.

Première liberté, la liberté d’expression, déniée à des millions d’individus et de plus en plus menacée. Nous devons défendre, préserver et étendre les pratiques démocratiques et l’espace de la société civile. C’est là un élément essentiel de la stabilité durable.

Deuxième liberté, la liberté de religion. Aux quatre coins du monde, des terroristes ont dévoyé la religion et en ont trahi l’esprit en tuant en son nom. D’autres s’en prennent à des minorités religieuses et exploitent les peurs à des fins politiques. Nous devons riposter en promouvant le respect de la diversité fondé sur l’égalité intrinsèque de tous les individus et sur le droit à la liberté de religion.

Troisième liberté, celle de vivre à l’abri du besoin, qui manque encore si cruellement à l’humanité. En septembre, les grands de ce monde ont adopté le programme de développement durable à l’horizon 2030 dans le but de mettre fin à la pauvreté et de permettre à chacun de vivre dans la dignité sur une planète pacifique et en bonne santé. Nous devons maintenant faire tout notre possible pour que cette aspiration devienne réalité.

Quatrième liberté, celle de vivre à l’abri de la peur. Les millions de réfugiés et de déplacés sous le produit tragique de l’incapacité de garantir cette liberté. Jamais depuis la Seconde Guerre mondiale autant d’individus n’ont été jetés sur les routes. Ils fuient la guerre, la violence et l’injustice en traversant les continents et les océans, souvent au péril de leur vie. Nous ne devons pas fermer nos portes, mais au contraire les ouvrir et garantir à tous le droit de demander l’asile, sans discrimination. Les migrants qui cherchent à échapper à la pauvreté et au désespoir devraient eux aussi jouir de leurs droits de la personne fondamentaux.

Nous réaffirmons aujourd’hui notre détermination à protéger les droits de l’homme en mettant la protection au cœur de notre action. Tel est l’esprit de l’initiative “Les droits de l’homme avant tout”, qui vise à prévenir et combattre les violations à grande échelle.

En cette Journée des droits de l’homme, engageons-nous de nouveau à garantir les libertés fondamentales et à protéger les droits de la personne de tous ».

Étonnamment, 78 ans ont passé (6 janvier 1941) depuis que le président des États-Unis Franklin D. Roosevelt a prononcé ce discours. Revoir ces libertés et constater où nous en sommes par rapport à leurs implantations dans nos sociétés me porte à faire deux constats. Premièrement, que le progrès accompli en 78 ans dans l’implantation de ces libertés reflète bien notre difficulté à mettre notre « Je individualiste » au service d’une humanité qui souffre. Deuxièmement, qu’il est impossible de créer un monde meilleur tant et aussi longtemps que ces 4 libertés demeureront un vœu pieux.

Il serait hasardeux d’extrapoler sur un possible futur sans définir sur quoi s’appuyer pour y parvenir intelligemment. Les 4 libertés de Roosevelt me semblent toutes désignées pour atteindre cet objectif, car elles touchent 4 éléments fondamentaux qui permettent le développent de justes relations humaines : les droits de la personne, la religion, l’économie, et la politique. Ces 4 éléments façonnent la vie de chaque individu, chaque communauté, chaque nation, et chaque race qui composent l’humanité. Qu’en pensez-vous ?

Pascal St-Denis

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s