La transparence, une base pour bâtir un « NOUS » plus inclusif

Lors du dernier article, je vous ai parlé de l’inévitable bataille entre les forces de l’individualisme « le JE » et les forces montantes du « NOUS inclusif ». Cette bataille est amorcée depuis longtemps déjà et nous pouvons en suivre la trace. Dans presque toutes les sociétés du monde, cette lutte est en cours. Elle oppose la masse en recherche de transparence et les élites de ce monde qui manœuvrent dans une zone opaque où ils ont l’habitude d’agir en toute impunité pour leur intérêt personnel en utilisant, bien souvent et sans trop de pudeur, le bien commun.

Abus de pouvoir, corruption, fraude financière, évasion fiscale, administrations et administrateurs corrompu, maltraitance sous toutes ses formes, injustices, intimidation, tout y passe ; le pouvoir de la transparence dévoile les secrets de cette zone opaque. Une zone que l’on peut définir comme étant le terrain de jeu des « JE » de ce monde qui tardent à mettre leurs pouvoirs personnels au service du « NOUS ». Bien sûr, la transparence crée une pagaille qui joue sur le moral et l’optimisme des gens tellement il en ressort du négatif. C’est un mal nécessaire, car on ne peut construire un monde nouveau à partir de ces fondations. Pour que le « NOUS » prenne vie, il faut que la lumière fasse contrepoids à l’obscurantisme.

Je crois que la transparence est ce qui peut ouvrir la voie à une conscientisation de masse qui nous permettra de développer des mesures qui donneront vie à un « NOUS » plus inclusif.

Au stade actuel de notre évolution, la plupart des problèmes qui accaparent notre humanité seraient résolus si nous acceptions d’ouvrir notre esprit à des valeurs plus inclusives. Il faut cesser d’utiliser l’adversité et la haine pour protéger ce « JE » si cher à nos yeux. Il est temps d’appliquer des messages de fraternité qui incitent à aimer notre prochain comme nous-mêmes. Si nous pouvions simplement voir l’humain en l’autre au lieu de nous arrêter à sa différence ; sa couleur de sa peau, sa nationalité, son statut social ou toute autre chose qui nous empêchent de voir sa véritable nature. C’est la seule manière d’atteindre la véritable fraternité, d’en faire une réalité et non simplement un souhait pieux.

Nous avons la possibilité de créer un monde nouveau. La forme que peut prendre ce monde nouveau diffère d’un groupe à l’autre et cela est bon en soi. Il ne peut en être autrement, car la vision de ce potentiel nouveau varie selon l’approche de chacun des groupes. Par exemple, les mystiques et les chrétiens y verront la naissance d’un royaume de Dieu sur Terre ; les philanthropes et les philosophes parleront en termes de communauté mondiale, de civilisation nouvelle, d’une fédération des nations, d’internationalisme, d’interdépendance économique, etc. Ce ne sont que des mots et des termes discutables que les différents types d’esprits se servent pour définir leur vision d’un monde nouveau.

Pascal St-Denis

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s