Les chakras, les systèmes qu’ils servent et la maladie

Voici un aperçu de la place qu’occupent le système nerveux, les glandes et le sang. Ces systèmes ferment la boucle de tout un processus de circulation d’énergie. Parce que l’énergie se densifie lorsqu’elle traverse ces systèmes, il devient plus facile d’en reconnaître l’état. Le corps éthérique, le système nerveux et le système endocrinien sont étroitement liés les uns aux autres. Ils forment un système d’énergies et de forces entrecroisées essentiellement vitales, dynamiques et créatrices. La santé intérieure repose entièrement sur ces énergies et sur ces forces. Nous pouvons adjoindre à ces trois éléments le courant sanguin qui répand dans tout le corps le Principe de Vie et les énergies conjointes des trois systèmes précédents.

Les étudiants en ésotérisme admettent comme une évidence que l’état du corps éthérique commande et détermine l’expression d’un individu incarné. Selon un autre truisme, le corps éthérique est le transmetteur des forces de la personnalité qui, par l’intermédiaire des chakras, galvanise l’activité du corps physique. Les forces distribuées par les chakras peuvent être celles de la personnalité prise comme un tout ou simplement celles du corps émotionnel et mental. Les centres transmettent également la force astrologique ou distinctive de la personnalité ou l’énergie spécifique de l’âme. Cela dépend du degré d’évolution atteint par l’intéressé. Le corps physique n’est donc pas un principe. Il est conditionné et de ce fait il ne conditionne pas une vérité que l’on oublie souvent. Il est soit la victime d’une vie de personnalité, soit l’expression triomphante de l’énergie de l’âme.

À l’intérieur d’un « chakra » ou champ de conscience, l’énergie reçue est transmuée en force d’une manière automatique. Les forces qui en découlent jouent sur la contrepartie éthérique de tout le réseau complexe de nerfs qui constitue le système nerveux. Il faut se rappeler que le système nerveux est l’extériorisation des énergies des nadis.

Les nadis du corps éthérique déterminent la nature et la qualité du système nerveux avec son vaste réseau de nerfs et de plexus (points de rencontre) couvrant la totalité du physique. Les nadis, et en conséquence le réseau des nerfs, sont reliés à deux aspects de l’équipement physique humain : les sept centres majeurs qui font partie du corps éthérique et l’extrémité cervicale de la moelle épinière. A.A. Bailey mentionne : « lorsque seront reconnus la relation entre les nadis et les nerfs, ainsi que celle conjointe avec les centres et la colonne vertébrale, nous assisterons à une grande révolution dans les méthodes médicales et psychiatriques ». L’expérience montrera que plus on parvient à rendre étroite la réaction réciproque des nerfs et des nadis, plus vite on rend effectif le contrôle des maladies.

Les nadis dans le corps physique correspondent à la vie ou esprit. Les nerfs sont l’homologue de l’âme ou qualité. Le système endocrinien, qui se présente comme l’extériorisation des nerfs et nadis réunis, correspond à la forme ou matière. Le réseau éthérique, le système nerveux et les glandes sont les homologies matérielles des trois aspects divins. Ils sont donc sensibles à ces trois aspects et font de l’enveloppe physique de l’homme ce qu’elle est. Ces trois systèmes sont eux-mêmes conditionnés (par l’intermédiaire des sept chakras) soit par les véhicules astral et mental, soit par la personnalité intégrée, soit par l’âme commençant à utiliser la personnalité comme un moyen de transmission et de transmutation.

Ces trois systèmes majeurs expriment par l’intermédiaire du corps physique, la condition ou l’état de développement des chakras. La vie, la qualité et l’énergie qu’ils représentent sont transmises à toutes les parties du corps physique par le courant sanguin. La science moderne reconnaît déjà ce fait en constatant que le courant sanguin transmet plusieurs hormones sécrétées par les glandes. Par contre, elle ne reconnaît pas encore le fait que les glandes et les chakras soient en rapports constants par le truchement des nadis et des nerfs. Le prochain grand progrès de la médecine consistera à reconnaître l’existence du corps éthérique dont la substance sert de support à la matière dense.

A.A. Bailey signale également : « lorsque les centres seront éveillés dans tout le corps éthérique, le système nerveux sera puissamment électrisé et réagira instantanément à l’énergie transportée par les nadis. II en résultera un bon équilibre du système endocrinien ». La vie et la vitalité, affluant dans tout le corps, seront si puissantes que le corps physique sera automatiquement immunisé contre les maladies, qu’elles soient congénitales, héréditaires ou d’origine collective. Cette affirmation a pour but de décrire une probabilité future, mais non une possibilité immédiate. Un jour, on verra chez l’homme les trois systèmes parfaitement coordonnés, psychiquement sensibles à la trame intérieure des nadis et des centres et consciemment amalgamés avec l’âme. Aujourd’hui, certains centres sont assoupis et d’autres ; les centres situés au-dessous du diaphragme sont hyperactifs. En raison de ce développement inégal, les nadis sont à l’état embryonnaire dans certaines parties du corps, tandis qu’en d’autres ils sont fortement chargés d’énergie. De ce fait, il arrive que l’apport d’énergie soit parfois bloqué lorsqu’un centre situé sur son chemin est encore assoupi ou n’est pas encore irradiant, même s’il est déjà éveillé. Cette irrégularité influence puissamment le système nerveux, provoquant dans certains cas, une hyper stimulation et dans d’autres un état sub normal tel que le manque de vitalité, un fonctionnement excessif ou toute autre réaction indésirable amenant inéluctablement une maladie. Ces maladies peuvent prendre naissance dans le corps même :

  1. a) à la suite de tendances ou prédispositions héréditaires présentes dans les tissus corporels.
  2. b) à la suite de radiation ou de non-radiation des centres, qui agissent par les nadis.
  3. c) à la suite d’impacts extérieurs ou de contacts, comme dans le cas d’épidémies ou de maladies infectieuses ou contagieuses auxquelles le sujet est incapable de résister parce que ses centres sont insuffisamment développés.

En résumé, les maladies, les incapacités physiques de toute nature et les nombreux aspects variés de la mauvaise santé découlent directement de l’état des centres. Ils déterminent l’activité ou l’atonie des nadis. Les nadis affectent le système nerveux en donnant au système endocrinien son caractère individuel. Finalement le courant sanguin se charge de transmettre cet état général à toutes les parties du corps.

Inspiré de l’étude d’A.A. Bailey

Pascal St-Denis

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s