La peur et les instincts (article 1)

Dans les articles précédents, nous avons abordé certains aspects du corps astral. Dans la logique des choses, je vais vous présenter quelques points susceptibles d’améliorer votre compréhension du corps mental. L’instinct qui est dominant chez l’animal continue son travail d’évolution chez l’homme bien qu’ils passent en arrière-plan de la conscience. Ici encore la peur s’infiltre et, si désagréable soit-elle, démontre son utilité dans le processus évolutif. J’offre à votre réflexion cet extrait d’A.A.B. sur le rôle de la peur dans l’évolution des instincts de l’homme.L’instinct de conservation a sa racine dans la peur innée de la mort.

L’instinct sexuel a sa racine dans la peur de l’isolement et de la séparation.

L’instinct grégaire ou instinct de troupeau a la même origine; le sentiment de sécurité.

L’instinct d’auto-affirmation est basé sur la peur qu’a l’individu de ne pas être reconnu pour ce qu’il est.

L’instinct de recherche est basé sur la peur de l’inconnu.

Reprenons-les une à une.

L’instinct de conservation et la peur innée de la mort. Cette peur a poussé l’humanité jusqu’au point actuel de résistance et de longévité. Les sciences qui s’occupent de la conservation de la vie, les connaissances médicales actuelles et les progrès quant au confort de la vie civilisée proviennent de cette peur originelle. Tout tend à préserver la condition d’existence de l’individu. La persistance de l’humanité, comme race et comme règne de la nature, est due à la peur de mourir et à la réaction instinctive à l’égard de la perpétuité de la race humaine.

L’instinct sexuel et la peur de l’isolement et de la séparation. Elle s’exprime par la révolte contre la condition d’unité séparée sur le plan physique et contre la solitude. Il a comme résultat la perpétuité de la race humaine.

L’instinct grégaire. Le sentiment de sécurité basée sur l’agglomération d’individus, de peuples, a toujours poussé les hommes à s’unir pour se défendre et pour assurer une certaine stabilité économique. Notre civilisation moderne est le résultat de cette réaction instinctive. De vastes centres urbains sont apparus où se pressent les masses, image du troupeau moderne poussé à sa dernière extrémité.

L’instinct d’auto-affirmation. Avec le temps, l’égoïsme de la famille humaine s’est beaucoup développé. Le désir d’acquisition et la recherche de pouvoir ont produit l’intense individualisme que nous retrouvons aujourd’hui. Nous avons encouragé le sentiment d’indépendance, l’auto-affirmation, les intérêts égoïstes à un point tel que nous avons créé un problème quasi insurmontable. Par contre, une force altruiste se fait grandissante et vient amoindrir l’impact néfaste de l’individualisme.

L’instinct de recherche et la peur de l’inconnu. De cette peur sont issus, comme résultat de siècles de recherche, nos systèmes éducatifs et culturels et toute la structure du patrimoine scientifique.

À suivre….

Inspiré par A.A. Bailey

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s